La Robe, une grande histoire ... de femmes

La robe à travers les époques


La robe en elle même, en Europe a été longtemps portée par les 2 sexes avant la naissance du concept de féminité lors de la Renaissance.


Jusqu'au 12e siècle, la robe enveloppe totalement le corps et masque l'anatomie. Les vêtements confectionnés au milieu du 13e siècle se caractérisent par des costumes plus ajustés, boutonnés ou lacés de l'encolure à la taille et par le raccourcissement de la robe avec une encolure très dégagée chez la femme (premiers bustes lacés, jugés licencieux). Le vêtement masculin évolue en parallèle, pour dévoiler toujours plus les jambes et « souligner la liberté ». Depuis la fin du Moyen Âge, les hommes portent en effet une culotte qui couvre le corps de la taille aux genoux.


La robe reste un vêtement unisexe chez les vieillards et les enfants jusqu'au 19e siècle, comme le montre l'iconographie : dès qu'il n'est plus emmailloté et qu'il peut se tenir assis, vers sept ou huit mois, on enlève le maillot à l'enfant pour lui faire revêtir la robe. Ce vêtement permet de changer les couches de l'enfant plus facilement, le laisse ainsi nu et libre de ses gestes et de ses jeux, en été tout au moins. Certains détails sur les tableaux permettent cependant de reconnaître le sexe : la robe des garçons ressemble à une jaquette boutonnée à l'avant, la robe des filles est boutonnée à l'arrière ; différences entre les cols, les bonnets, les jeux.



Lorsque la robe devient un vêtement unisexe au milieu du 19e siècle, elle stigmatise le rôle auquel la femme doit se cantonner en entravant ses mouvements, soit par des jupons démesurés (crinoline, etc), soit par des carcans de tissus (xixe siècle)4. Elle prend plusieurs formes successives5 :


  • fourreau sous l'Empire et la Restauration ;

  • cloche jusqu'en 1850 ;

  • à crinoline jusqu'en 1870 ;



  • à tournure jusqu'en 1910.




Et ce n'est qu'après la Première Guerre mondiale que la coupe va se simplifier pour offrir une plus grande liberté de mouvement ou au contraire souligner les formes.

C'est vers 1920 que les robes commencent à laisser entrevoir les chevilles, provoquant de nombreux scandales. C'est également à cette époque qu'apparaît la petite robe noire, vêtement court et léger aux lignes simples et de couleur sombre.

Les matières et les coupes sont variables ; elle peut être plus ou moins longue sur les jambes, comporter ou non des manches. La coupe comporte un corsage et une jupe cousus pour ne former qu'une seule pièce.



Les différents styles de robes de 1920 à mainteant


1920 et son Charleston : années folles


À cette époque, les robes avaient des coupes larges et la silhouette des femmes était mise en avant.

En général, les robes de journée étaient assez sobres avec une longueur midi. Cependant, pour les looks de soirée, fourrures, sequins et perles étaient associés. On a tous l’image de la célèbre robe Charleston, ornée de perles et de sequins, très connue pendant la prohibition aux Etats-Unis.





Années 1930 : La robe chic



Cette époque est marquée par le krach boursier de 1929 et la montée au pouvoir d’Hitler : les temps sont troubles, quelque chose arrive… C’est le temps des longues robes, boutonnées et sans décolleté. Les femmes adoptent un style conservateur, chic et élégant. Néanmoins, elles restaient assez près du corps et souvent accessoirisées avec des chapeaux. En soirée, les robes sont plus extravagantes avec un joli décolleté et des tissus fluides et légers.







La robe des années 40 - année Pin up



Au vu du contexte historique, en période de guerre, les robes étaient simples et pratiques. De plus, le manque de moyens et de matières premières a poussé les créateurs à revoir les coupes des robes. De ce fait, les robes sont plus courtes. On ajoute des épaulettes et des poches pour rendre le vêtement plus pratique.







Années 1950 : La robe conservatrice


Après le chaos de la guerre, la population est soulagée du retour à la vie normale. Entre glamour et conservateur, la mode des années 1950 met en valeur les hanches de la femme. La robe en tendance à l’époque avait une coupe en sablier. Le haut de la robe est cintré, la taille haute est marquée et le bas de celle-ci très volumineuse.






Années 1960 : La robe haute en couleur


La mode des années 1960 permettait aux femmes de s’exprimer à travers des tenues futuristes. On pouvait retrouver des imprimés décalés, des couleurs pop et des motifs imposants. Les robes étaient droites ou trapèze avec une longueur assez courte. C’est un grand tournant de la mode puisque cette dernière restait assez conservatrice jusqu’alors.




Cette époque a été très mis en avant grâce au mannequin anglais Twiggy, avec son poids plume et ses cils en étoile.

Ses tenues futuristes et colorées sont toujours à notre époque une source d'inspiration.



Années 1970 : La robe confortable



La tendance des années 1960 s’est prolongée dans les années 1970. En plus, on y retrouve des robes longues et des manches Dolman très volumineuse. La silhouette allongée de la femme était mise en avant. C’est la décennie des couleurs et des imprimés géométriques, mais aussi des robes bohème. C’est exactement ce que portaient les célèbres hippies de cette époque.







Années 1980 : La robe glamour



À cette époque, la femme est moderne et active. Cela a influencé la mode qui a pris un tout autre tournant. La femme avait un style plus imposant et audacieux. En effet, les femmes travaillent et sont plus indépendantes alors la mode allie force et féminité. Les épaulettes, les volants, le velours et les strass ont marqué le style des années 1980. Les robes en vogue étaient de longueur midi avec des épaulettes et des touches de couleurs vives. Au niveau des imprimés, le léopard était très à la mode.


Cette mode est caractérisée lors des défilés notamment avec le mannequin français Inès de la Fressange lors de ces défilés Chanel.








La suite cette semaine ...




Bonne lecture à toutes !!!




27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout